Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Île-de-France

Note rapide Habitat, n° 585

29 janvier 2012Jean-Jacques Guillouet, Philippe Pauquet

La croissance du nombre de résidences principales se maintient depuis 1999 grâce à la baisse de la vacance et du renouvellement du parc. Elle s'accompagne d'une forte progression de la propriété au bénéfice des ménages les plus aisés, d'un développement du parc social là où il est déjà très présent et d'une érosion du parc locatif privé en zone centrale.

Depuis 1982, le parc principal francilien est passé de 393 7000 à 4829 000 logements, soit une augmentation de près de 900 000 logements, représentant une progression annuelle de 0,86 %. Cet accroissement a été moins fort qu'au cours des vingt années précédentes (+ 1,32 % par an entre 1962 et 1982).

Cette étude est reliée aux catégories suivantes :
Société et habitat | Habitat et logement