La domiciliation administrative des Franciliens sans domicile fixe

Note rapide Habitat, n° 498

31 mars 2010Jean-Jacques Guillouet, Philippe Pauquet

Grâce à un travail auprès des structures franciliennes qui domicilient les sans domicile fixe, un décompte et une analyse des conditions de logement de ces populations ont été réalisés par l'IAU îdF en 2009. Une première dans la région.

En raison d’accidents de la vie, de moyens financiers trop faibles, d’un mode vie itinérant (gens du voyage) ou d’un exil (demandeurs d’asile, étrangers sans papiers), certaines personnes ne bénéficient pas ou plus d’un domicile ou d’un endroit permanent pour vivre. Faute d’un lieu de vie à soi, ces personnes connaissent des conditions de vie difficiles, voire très précaires, et ne sont pas en mesure de consulter leur courrier de façon régulière. Ce dernier point les empêche de faire valoir leurs différents droits sociaux : revenu minimum d’insertion, couverture maladie universelle, aide médicale de l’État, carte d’identité, de résident, demande de logement social.

Cette étude est reliée aux catégories suivantes :
Société et habitat | Disparités