Les enjeux de la planification urbaine du Grand Londres

Note rapide Terriroires, n° 460

01 décembre 2008Laurent Perrin

Durant ses deux mandatures, de 2000 à 2008, Ken Livingstone a dirigé la planification urbaine du Grand Londres. Logement, transports, tours et régénération urbaine : quel bilan dresser des politiques mises en œuvre ?

Depuis le milieu du XXe siècle, Londres est en proie à des tensions permanentes entre niveaux régional et communal et oscille entre centralisation des décisions et des compétences au niveau métropolitain et décentralisation au niveau des boroughs. Selon Tony Travers, professeur à la London School of Economics, en période de forte croissance, le niveau métropolitain tend à prendre l’avantage et inversement en période de crise. Par ailleurs, les travaillistes favorisent généralement le niveau métropolitain pour des raisons d’efficacité et de redistribution, alors que les conservateurs sont partisans d’une plus grande autonomie du niveau local, au nom de mots d’ordre tels que « Less is more » et « Giving back to the boroughs ».

Cette étude est reliée à la catégorie :
International