Panne de la construction : la mobilité résidentielle et professionnelle pénalisée

Note rapide Habitat, n° 504

23 mai 2010Gérard Lacoste

Chaque année, près de 500 000 ménages franciliens changent de logement, nombre qui va diminuant depuis près de dix ans. Dans une économie largement ouverte, caractérisée par une mobilité professionnelle croissante, ce ralentissement risque de pénaliser le développement économique de la région.

Près d’un Francilien sur trois exprime le désir de changer de logement, et ce, de façon quasi immuable comme le montrent les enquêtes réalisées par l’Insee au cours des vingt dernières années. Même si 75 % de ces candidats au déménagement se disent satisfaits de leur logement actuel, les motifs susceptibles de les inciter à changer de logement ne manquent pas, surtout à certaines périodes de la vie.

Cette étude est reliée aux catégories suivantes :
Société et habitat | Mobilité résidentielle