Mieux associer le tourisme et le sport

24 juillet 2020Hélène Sallet-Lavorel et François Roblot, Val-de-Marne Tourisme & Loisirs

Le sport peut être un appui au développement d’un tourisme durable, porteur de sens pour un territoire et répondant aux nouvelles attentes des visiteurs. À son tour, le tourisme peut valoriser et développer la pratique sportive. Zoom sur les actions engagées dans le Val-de-Marne.

Certaines notions associées au sport semblent parfois s’opposer à celles du tourisme : effort, performance et compétition d’un côté, loisirs et détente de l’autre. Cependant, sport et tourisme partagent des valeurs communes : outil d’évasion, de régénérescence, portant des valeurs essentielles comme les échanges, les rencontres et l’ouverture aux autres. S’appuyant sur ces valeurs d’altérité et désireux de développer un tourisme valorisant les habitants, Val-de-Marne Tourisme & Loisirs voit dans le sport une réelle opportunité de contribuer à l’animation et à la connaissance du territoire.

À la découverte du territoire

Depuis quelques années, de nouvelles demandes se font jour chez certains touristes : quête d’authenticité, de rencontres avec les habitants, de visites de quartiers habituellement peu mis en avant par les guides auxquels ils se réfèrent, de partage du mode de vie des habitants, etc. Le sport apparaît comme un moyen innovant de découvrir un territoire de façon intelligente et active. Val-de-Marne Tourisme & Loisirs organise ainsi des sorties qui allient le sport et la découverte patrimoniale et culturelle, lesquelles rencontrent un vif succès. Pour cela, il s’appuie toujours sur des partenaires sportifs, qu’ils soient publics, privés ou associatifs, et sur les acteurs culturels du territoire. Ainsi, les univers du tourisme, de la culture et du sport se mêlent enfin ! On peut citer comme exemples les balades artistiques, à pied ou à vélo, animées par des artistes, qui donnent à lire le paysage industriel des Ardoines, à Vitry-sur-Seine, de façon poétique, ou la course à pied « L’Industrail », également organisée par la Ville à travers la zone industrielle à l’occasion du festival de cultures urbaines « Mur/Murs ». Citons encore les randonnées culturelles organisées en partenariat avec le Comité départemental de la randonnée pédestre, qui permettent de parcourir une dizaine de kilomètres en une journée ou une demi-journée, trajet ponctué de riches rencontres avec de nombreux acteurs culturels engagés sur le territoire traversé (associations, artistes, équipements culturels et acteurs de l’espace public).
Le Val-de-Marne, surnommé « le département de l’eau », qui ne compte pas moins d’un fleuve et cinq rivières, est traversé par la Seine et la Marne, et 75 % de ses habitants vivent à moins de deux kilomètres d’un cours d’eau. Val-de-Marne Tourisme & Loisirs s’appuie sur cette réalité géographique, qui a marqué durablement l’histoire populaire du territoire, et valorise ce potentiel paysager, aquatique et humain exceptionnel. Il organise des balades qui allient la pratique nautique à la découverte des espaces aquatiques. Les boucles de la Marne, par exemple, constituent un bassin de navigation exceptionnel, un poumon naturel très proche de la capitale, et représentent une opportunité rare pour le tourisme. Par exemple, des initiations et des balades découvertes en Stand up paddle sont organisées à Joinville-le-Pont, en saison. Il est pourtant encore difficile pour certains clubs sportifs de s’ouvrir à la pratique de loisirs. Une des difficultés relève souvent de leur mode de gestion, qui s’appuie sur des bénévoles, pas toujours disponibles. Mais le frein principal est lié au fait que les clubs sont, pour beaucoup, tournés vers la compétition et la performance, notions très éloignées de celles associées au tourisme (les loisirs, le plaisir et le farniente). Les clubs ne disposent pas toujours des moyens humains suffisants pour encadrer des groupes « touristiques », constitués d’un public très divers, qui navigue parfois pour la première fois sur rivière, et dont la motivation relève autant de la découverte du paysage que de celle de l’activité sportive. Cependant, quelques clubs val-de-marnais ont déjà changé d’état d’esprit : Les canotiers nogentais, l’US Créteil ou le Red Star Club Champigny proposent, avec l’appui de Val-de-Marne Tourisme & Loisirs, des balades en canoë ou en kayak pour découvrir les berges et les îles de la Marne, classées Espaces naturels sensibles. Ces balades « sportives » rencontrent toujours un immense succès, et il arrive que les participants deviennent ensuite licenciés de ces disciplines sportives. La question de l’ouverture des activités nautiques aux pratiques ludiques occasionnelles qu’impose le tourisme est d’ailleurs l’un des sujets que Val-de-Marne Tourisme & Loisirs souhaite aborder avec d’autres métropoles européennes à l’occasion du projet européen STAR Cities, qu’il pilote sur la période 2018-2023, et dont la thématique est « La (re)conquête des loisirs populaires au bord de l’eau »1.

Un ingrédient du slow tourisme

Ces exemples montrent que le sport est non seulement un outil sur lequel nous pouvons nous appuyer pour concevoir des offres touristiques qui s’adressent à tous les publics, mais qu’il permet également d’encourager le développement d’un tourisme durable. La marche, les sports nautiques, les promenades à vélo… encouragent les déplacements touristiques « doux », alternative aux déplacements traditionnels, plus polluants, en autocar. En favorisant les déplacements lents, le sport devient également un support essentiel au développement d’une politique de « Slow Tourism ». Prendre le temps de découvrir une destination, d’apprécier ses paysages, de faire des étapes, d’aller à la rencontre des habitants et de partager leur mode de vie, de sentir/éprouver un territoire… sont autant d’aspirations à un retour aux origines du voyage, qui remettent actuellement en question les critères de consommation immédiate et expéditive de l’industrie touristique, dont on sait les méfaits sur les destinations et leurs populations. Un des exemples les plus marquants est le développement des Eurovéloroutes, itinéraires cyclables qui permettent de découvrir les territoires européens à vélo : «La Loire à Vélo », ou la récente « Scandibérique », qui longe la Seine en Val-de-Marne, en sont deux notoires incarnations.

Valoriser les savoir-faire

Val-de-Marne Tourisme & Loisirs valorise également les dimensions patrimoniale, culturelle et économique du sport en proposant des visites de sites en rapport avec lui : diverses installations sportives, comme l’INSEP par exemple, le centre d’entraînement des chevaux trotteurs de course à Grosbois, ou encore l’hippodrome de Vincennes. Ces visites ne se contentent pas de montrer de simples vitrines du patrimoine sportif du territoire. Il s’agit, pour chacune d’elles, de valoriser les savoir-faire qui lui sont liés. Ainsi, la visite du centre d’entraînement de Grosbois permet de comprendre le fonctionnement du monde des courses hippiques de trot et de découvrir tous les métiers liés à cette activité présents sur le site : entraîneurs, drivers, jockeys, lads dans les écuries, maréchal-ferrant, sellier, vétérinaire, etc. Le tourisme est ainsi un outil de valorisation du sport dans toutes ses dimensions. Dans un contexte où le bien-être devient une valeur universelle, être actif, être libre de se construire un voyage ou une visite personnalisés, et protéger l’environnement sont des piliers sur lesquels le tourisme doit s’appuyer. Le sport devient ainsi un support très utile pour le développement d’un tourisme durable, à l’opposé de visites où les touristes sont passifs et se laissent totalement guider. Parallèlement, le tourisme peut devenir un moyen pour nombre de non-initiés de découvrir une pratique sportive et d’en devenir adepte.

Hélène Sallet-Lavorel, directrice et François Roblot, responsable du service développement, Val-de-Marne Tourisme & Loisirs

1. Le projet STAR Cities – Sustainable Tourism for Attractivity of Riverside Cities, financé par les fonds structurels européens (FEDER) dans le cadre du programme de coopération Interreg Europe. Piloté par le Val-de-Marne depuis juin 2018, avec pour partenaires la Région du Latium (Italie), la municipalité de Rome IX (Italie), le Sénat de la ville d’Hambourg (Allemagne), l’association Kaunas 2022, la capitale européenne de la culture (Lituanie), le ministère du Tourisme de Roumanie et le réseau NECSTouR (réseau des régions européennes pour un tourisme durable et compétitif).

AU PLUS PRÈS DES HABITANTS

Val-de-Marne Tourisme & Loisirs développe un tourisme accessible à tous, source de rencontres entre hôtes et visiteurs, un tourisme qui s’appuie sur la participation des gens qui vivent et travaillent sur le territoire. Il développe de nombreuses initiatives valorisant les Val-de-Marnais dans leur grande diversité : visites d’entreprises guidées par les salariés, visites de la ville avec des « Greeters » (habitants bénévoles accueillant les touristes pour leur faire visiter leur quartier comme ils le feraient avec des amis), ou encore parcours urbains guidés par des « Passeurs de culture » (habitants issus de la diversité) offrant d’aller à la rencontre d’habitants de toutes origines et témoignant des aspects sociaux, culturels mais aussi économiques des migrations dans le Val-de-Marne. 
 

LES ÉVÉNEMENTS SPORTIFS CONTRIBUENT À L’IDENTITÉ INTERCOMMUNALE

Interview de Amar Ouabdesselam, chef du service jeunesse et sports, pôle services aux habitants, Communauté de Communes Moret Seine et Loing

Comment s’est construite la compétence « sports »  sur le territoire ?
Amar Ouabdesselam :
Les collaborations et la mise en commun de moyens entre les communes existent depuis les années 1970. Le sport était présent dès le départ, avec la réalisation et la gestion d’une piscine. Puis les compétences se sont étoffées, et une Communauté de Communes, constituée de 11 communes, a été créée en 2002. Elle rassemble aujourd’hui 23 communes de Seine-et-Marne et compte 40 000 habitants. En ce qui concerne le sport, la Communauté de Commune prend en charge les équipements d’échelle intercommunale (centre de tir, piscines, pistes d’athlétisme). Depuis 2005, une École multisports existe, pour diffuser le sport auprès des enfants de 4 à 11 ans : les éducateurs sportifs se déplacent toute l’année sur l’ensemble du territoire pour mettre en place diverses activités. Récemment, cette action s’est renforcée, avec la mise en place, dans le cadre de l’Académie des sports, de cours de natation pour lutter contre les noyades. Le service des sports de la Communauté de Communes occupe aussi un rôle d’animateur de territoire, en partenariat avec les communes, les associations locales et les bénévoles. Pour cela, l’intercommunalité est l’organisatrice d’événements sportifs qui rythment la vie locale.

Quelles sont ces actions événementielles et leurs rôles ?
A. O.
Nous organisons depuis plus de dix ans plusieurs événements sportifs chaque année. Ils sont l’occasion d’animer le territoire, de révéler aux habitants de Moret Seine et Loing la diversité et la richesse de ses paysages, et de contribuer à la création d’une identité intercommunale. Parmi eux, la foulée de Moret Seine et Loing, labellisée par la Fédération française d’athlétisme, traverse cinq communes et regroupe entre 450 et 500 coureurs à chaque édition. Ce sont surtout des habitants de l’intercommunalité, mais cette course attire également des habitants du reste de la région, ou venant d’en dehors de l’Île-de-France. Dans l’idée même qui a abouti à sa création existait la volonté d’organiser un parcours qui permette la découverte du territoire, à la fois son environnement naturel et son patrimoine, et qui contribue à son identité.

Y a-t-il d’autres initiatives ?
A. O.
Dans le même objectif de lien au territoire, nous organisons depuis 2011 deux randonnées par an : La Printanière et La Patrimoniale. Nées au moment de l’élargissement de la Communauté de Communes, passée de 13 à 21 communes en 2010, leur objectif est de faire découvrir le territoire intercommunal tout d’abord à ses habitants, puis à un public plus large. Ces randonnées, à pied ou à vélo, combinent l’activité sportive, des animations culturelles (découvertes des œuvres d’artistes, concerts...), et la découverte des produits locaux, tant au fil de différentes étapes chez les producteurs sur le parcours qu’à la fin de la randonnée, avec un marché des producteurs. Les parcours et les activités proposés varient à chaque édition. Seine-et-Marne Environnement (Maison de l’Environnement départementale) intervient également pour faire découvrir les espaces naturels, la faune et la flore locales, ou organiser des ateliers thématiques (sur l’isolation, par exemple). Cette offre d’événement fédérateur se décline chez les plus jeunes : ainsi, nous organisons le cross communautaire, qui se fait en partenariat avec l’Éducation nationale, en direction des élèves de CM2. Là encore, l’activité sportive sert plusieurs objectifs : identité intercommunale, découverte des équipements sportifs et lien social, puisqu’elle permet aux élèves de se rencontrer avant leur rentrée dans l’un des deux collèges du territoire. 

Propos recueillis par Lina Hawi et Laure Thévenot

Cette page est reliée aux catégories suivantes :
Aménagement | Pratiques sportives