Voiries du futur

06 juin 2019ContactPaul Lecroart, Dominique Riou

Le réseau routier régional, qui comprend les autoroutes radiales et les trois rocades (boulevard périphérique, l’A86 et la Francilienne), joue un rôle fondamental dans la circulation des personnes et des biens et dans le fonctionnement de la métropole francilienne. Mais il est souvent synonyme de coupures et de nuisances profondes, en particulier dans la zone dense qui concentre l’essentiel de la population. De nombreuses voix s’élèvent pour dire que le système autoroutier urbain, pensé au milieu du 20e siècle, arrive à maturité et tend à s’essouffler. Il a besoin d’être profondément repensé, à la fois pour mieux assurer les rôles pour lesquelles il a été créé (faciliter les déplacements de masse), tout en limitant ses effets négatifs (bruit, pollution de l’air, coupure urbaine et sociale) et pour répondre aux enjeux sociétaux, économiques, climatiques, énergétiques et technologiques du 21e siècle.

Le boulevard périphérique, vieux de 50 ans, revient aujourd’hui au cœur des débats. Mais son espace avait déjà insufflé de nombreux débats sur les extensions de Paris, il y a de cela 100 ans (après la démolition de l’enceinte de Thiers) - alors qu’en même temps, la banlieue commençait à s’étendre. Pourquoi maintenant ? Peut-être parce que le périphérique confronte les attentes contradictoires d’une société urbaine du 21e siècle - par ailleurs de plus en plus ségrégée - avec la pensée fonctionnaliste qui a dominé la plus grande partie du 20e siècle et qui s’est largement appuyée sur le tout-automobile.

Pourtant, ni boulevard, ni périphérique, le devenir de cet anneau central du très Grand Paris ne peut s’imaginer indépendamment du fonctionnement global d’une région métropolitaine de 12 millions d’habitants qui connaît, comme toutes les grandes métropoles, de profondes et rapides mutations.

Élargir le débat avec la consultation Les routes du futur du Grand Paris

Pour élargir et approfondir les débats, le Forum métropolitain du Grand Paris a lancé en juin 2018 avec ses partenaires parmi lesquels la ville de Paris, l'État, la Région, la métropole du Grand Paris, l'Association des maires d'Île-de-France et de nombreux territoires , une consultation internationale sur « Les Routes du futur du Grand Paris », avec l'appui technique de L'Institut Paris Region, de l'Apur et de la Driea. Cette réflexion prospective et stratégique à l'horizon 2030 et 2050 porte sur le devenir des autoroutes, du boulevard périphérique et des voies rapides ou structurantes de l'agglomération.

Il s'agit d'une démarche unique d'intelligence collective qui rassemble toutes les parties prenantes autour d'une ambition commune et d'enjeux partagés : améliorer le fonctionnement du réseau pour améliorer les mobilités quotidiennes des Franciliens ; réduire les nuisances (bruit, pollution...) liées au fonctionnement du réseau ; améliorer l'insertion du réseau dans son environnement ; trouver des solutions qui soient soutenables économiquement.

Neuf mois durant, quatre équipes pluridisciplinaires, composées d'architectes, d'ingénieurs, d'experts de la mobilité, d'urbanistes, de paysagistes, de sociologue, d'économistes et d'artistes ont imaginé des solutions innovantes de transformation des quelques 950 km d'axes structurants de l'agglomération parisienne. Parallèlement au travail des équipes, une concertation avec des décideurs publics, la société civile et un panel de citoyens a permis d'identifier certaines attentes.

Les résultats de cette démarche originale et innovante sont présentés au public à partir du 7 juin 2019 au pavillon de l'Arsenal à Paris puis dans les mois suivants par l'intermédiaire d'une exposition itinérante en Île-de-France accompagnée de nombreux débats. http://www.routesdufutur-grandparis.fr

Les propositions créatives des quatre équipes (Shared Utility Networks, Collectif Holos, New Deal pour les voies du Grand Paris, Atelier des Mobilités ) se sont appuyées sur le Livre blanc Vers des mobilités durables, intelligentes et optimisées à l'horizon 2030 en Île-de-France publié en mars 2018. 
Elles se sont aussi inspirées des travaux de L'Institut Paris Region du programme « Avenues métropolitaines » engagé en 2011 sur les expériences internationales de transformation d'autoroutes en avenues, boulevards et parcs linéaires dans d'autres métropoles, comme San Francisco, New York, Séoul, Portland, Vancouver, Montréal, Milwaukee, Vancouver, et bien d'autres encore en Europe, en Amérique et en Asie. Au-delà de la transformation d'infrastructures, chacune de ces expériences raconte l'histoire de la renaissance de territoires métropolitains. 

Un nouveau champ de réflexion et d'action pour les métropoles

Ces travaux pionniers ont donné lieu à de nombreuses communications, débats, séminaires, articles et interviews, en France et à l'étranger, ainsi qu'une contribution à l'ouvrage LesMétamorphoses de l'autoroute urbaine (Points Fnau). En Île-de-France, ils ont nourri le Schéma directeur régional 2030 et alimenté des discussions avec des représentants de la Région, de l'État, du syndicat Paris métropole (Forum métropolitain du Grand Paris), de l'Association des maires d'Île-de-France, de la ville de Paris, de nombreuses collectivités territoriales, de l'Atelier international du Grand Paris, de la Fédération nationale des agences d'urbanisme, de laboratoires d'idées sur la ville et les mobilités, etc. 

Huit ans après, les débats ont beaucoup avancé sur ces questions. Élus et maîtres d'ouvrage prennent conscience qu'en l'état le réseau routier de la métropole peut et doit évoluer, pour la qualité de vie au quotidien et le développement de la région et des territoires qui la composent. Aussi paradoxal que cela puisse paraître au premier abord, l'évolution d'infrastructures spécialisées vers des avenues métropolitaines multimodales apaisées et mieux connectées à la ville, voire leur recyclage pour d'autres usages, peuvent apporter des réponses nouvelles et pertinentes.

La révolution actuelle des mobilités, induite par les nouvelles technologies (développement du covoiturage, voiture et navettes autonomes, systèmes libre-service, couplée avec la promesse d'un réseau de métro qui aura doublé, à terme, grâce au Grand Paris Express, ajoute à cela de nouveaux paramètres à prendre en compte. C'est d'ailleurs l'objectif affiché du rapport « Le périphérique, quelles perspectives de changements ? » produit par la Mission d'information et d'évaluation de la ville de Paris et rendu public le 28 mai 2019.

C'est dans ce contexte que ce débat fondamental sur l'évolution des routes du futur du Grand Paris s'engage aujourd'hui et continuera à être nourri par des travaux et discussions multiples, sur les mutations possibles de l'usage, de la forme et du statut des voiries et des « avenues métropolitaines » des métropoles post-carbone du 21e siècle.

Ressources

Focus sur le boulevard périphérique
Portrait, actions possibles, projets et secteurs à enjeux
Anca Duguet, Damien Delaville, Jérémy Courel (janvier 2019)

Faire évoluer le boulevard périphérique
Conseil de Paris, Mission d'information et d'évaluation sur le boulevard périphérique
Exposé liminaire de Fouad Awada (septembre 2018)

De l'autoroute au boulevard - Expérience internationales
Conseil de Paris, Mission d'information et d'évaluation sur le boulevard périphérique
Paul Lecroart (septembre 2018)

La consultation internationale

L'exposition « Les routes du futur du Grand Paris » est le point d'orgue de la consultation internationale. Elle ouvre ses portes le 7 juin au Pavillon de l’Arsenal à Paris puis fera étape jusqu'au 13 octobre dans 11 lieux franciliens. Elle présente les travaux de quatre équipes pluridisciplinaires sur leurs visions prospectives pour le devenir des autoroutes, boulevard périphérique, voies rapides ou structurantes à l’horizon 2030 et 2050 en Île-de-France.

L'Institut Paris Region a accompagné la consultation internationale depuis son lancement en qualité de membre des cellules « technique » et « communication » mises en place avec l'ensemble des partenaires. Avec le Forum métropolitain du Grand Paris, l'Apur et la DRIEA, L'Institut Paris Region a contribué à la rédaction du cahier des charges, au dépouillement et à l'analyse des offres au printemps et à l'été 2017. Il s'est agit également de produire des études et des éléments techniques qui ont été porté à la connaissance des équipes dès leur sélection. Aussi, le fonds documentaire de L'Institut Paris Region a été mobilisé pour contribuer au montage de l'exposition.

Site de la consultation internationale

Voir aussi

Cette page est reliée aux catégories suivantes :
Aménagement et territoires | Aménagement | International | Mobilité et transports | Déplacements | Équipements et infrastructures | Veille et comparaisons internationales