Les tensions sur l'immobilier freinent les déménagements en Île-de-France

Note rapide Société-Habitat, n° 767

08 février 2018Philippe Louchart, Sandrine Beaufils

En Île-de-France, la jeunesse de la population et l'importance du parc locatif, composé en grande partie de petits logements, devraient favoriser les mobilités résidentielles. Pourtant, changer de logement y est plus difficile qu'en province pour les locataires. En cause, la relative faiblesse du niveau de la construction durant la période 2006-2013 et le coût du logement qui freinent les mobilités résidentielles des ménages franciliens. [...]

L'annexe n° 1: La mobilité dans le parc locatif, libre ou social, près de deux fois plus faible à Paris qu'en province.

L'annexe n° 2 : Une mobilité résidentielle plus élevée en province qu'en Île-de-France en 2012 dans le parc locatif privé (non HLM et meublés) ou social (HLM).

L'annexe n° 3 : Sept ménages mobiles franciliens sur dix déménagent à proximité de leur lieu de résidence antérieur.

Cette étude est reliée aux catégories suivantes :
Société et habitat | Habitat et logement | Mobilité résidentielle