Presse

Contact

sandrine.kocki@ institutparisregion.fr 
Fixe : 01 77 49 75 78
Portable : 06 07 05 92 20

L'Institut dans les médias

Plaquette institutionnelle

La Région Île-de-France, grande métropole de rang mondial à l’instar de New-York, Londres, Tokyo ou Pékin, méritait d’être dotée d’un organisme indépendant entièrement dédié à la connaissance de son territoire et des activités qui s’y déploient, à l’étude de son développement économique et social, à l’élaboration de projets et à l’appui expert aux politiques publiques.
C’est le sens du positionnement de notre Institut, depuis sa création il y a 60 ans, dans la sphère publique mais hors administration, auprès de l’exécutif régional en charge des politiques de cohésion et de cohérence du territoire de la région-capitale, et auprès de ses partenaires.
De fait, L’Institut Paris Region est aujourd’hui à la fois :

  • bureau d’études d’appui à l’élaboration et à l’évaluation des politiques publiques concourant au développement durable du territoire ;
  • lieu d’échanges, de prospective et de benchmark national européen et international ;
  • centre de ressources en données, cartes, applications et ouvrages sur Paris et sa Région ;
  • centre de formation accueillant stagiaires, auditeurs, fonctionnaires et élus ;
  • lieu de documentation sur l’urbanisme et l’environnement ;
  • centre de ressources humaines expertes mobilisables en Île-de-France, ailleurs en France et à l’international.

Sous la présidence de Valérie Pécresse depuis 2016, L’Institut a renforcé ses équipes dans le domaine de l’environnement – elles forment désormais le tiers de ses effectifs d’experts ; il a ouvert sa gouvernance aux conseils départementaux et intercommunaux ainsi qu’aux principaux grands organismes régionaux et nationaux ; et il a adopté sa marque – L’Institut Paris Region (qui remplace « Institut d’Aménagement et d’Urbanisme » – IAU) marquant son positionnement central et sa vocation à exporter ses savoir-faire à l’international.
Fort de plus de 200 experts couvrant une trentaine de disciplines, L’Institut Paris Region est plus que jamais ouvert au partenariat avec des collectivités et des organismes publics pour leurs études et projets.

Programme partenarial

Les principaux challenges que l’Institut aura à relever en 2022 ont pour noms SDRIF-E, BAP et NATURA.
Des challenges à relever avec la Région, mais aussi avec et pour l’ensemble des territoires et des acteurs de l’Île-de-France.
Bien que l’armature de transport qui va structurer l’Île-de-France de 2040 soit connue d’avance, jamais l’élaboration d’un SDRIF ne s’était annoncée aussi délicate et exigeante, du fait des tensions sur le foncier et sur la densité que crée la conjugaison des objectifs d’adaptation et de ZAN, ZEN et circulaire. L’Institut sera pleinement mobilisé sur l’élaboration de ce document stratégique et sur l’accompagnement de la Région dans la concertation avec les acteurs et les territoires.
La BAP 2022 qui se tiendra à Versailles à partir du mois de mai mobilisera également l’Institut qui assure le commissariat de l’exposition Île-de-France au bâtiment de la vieille poste. Ce sera, avec une exposition hors normes et une série d’événements, une vitrine importante de l’intelligence territoriale en mouvement.
NATURA est un projet régional visant à mieux défendre et faire entrer la nature en ville, qui atterrira à l’été 2022 sur l’avènement d’un outil opérationnel de conservation et de renaturation. C’est aujourd’hui un chantier d’écoute des acteurs qui mobilise d’importantes ressources de l’Institut.

Aux côtés de ces trois dossiers très « visibles », des dizaines d’autres seront pris en charge par les équipes de l’Institut pour répondre aux attentes de ses membres et partenaires, notamment sur l’habitat, le social, la santé-environnement, le développement économique, l’aménagement, les chartes des parcs naturels régionaux, les mobilités, la transition énergétique, la sécurité, la biodiversité, les déchets et l’économie circulaire…

Une année 2022 qui s’annonce donc avec un carnet de commandes bien rempli, comme en atteste le présent millésime du programme partenarial.

Rapport d'activités

L’ANNÉE COVID

Pour L’Institut, l’année 2020 aurait pu être festive, celle de la célébration de ses 60 ans. Malgré l’expérience de ces Six décennies d’anticipation, exposées dans l’album anniversaire paru en décembre dernier, il n’aura rien venu venir. L’histoire retiendra que l’année 2020 aura été celle de la sidération devant la pandémie de Covid-19, avec son terrible bilan de plus de 3 millions de morts dans le monde selon l’OMS. La France fut confinée pour la première fois à la mi-mars jusqu’à l’été puis à nouveau en novembre. L’obligation de distanciation physique fut instaurée tout au long de l’année. Le télétravail, les téléconsultations, le télé-enseignement, les achats en ligne, connurent une croissance exponentielle.

Mais à l’échelle de l’entreprise et de l’association, 2020 fut aussi celle de la mobilisation et de l’adaptation, celle de l’engagement et de la réactivité. L’Institut Paris Region a dû, comme toutes les autres entreprises et administrations, poursuivre ses activités. Il s’est rapidement adapté au travail à distance ; il s’est engagé dans la lutte contre la pandémie en autorisant les deux médecins de son département Santé, l’ORS, à rejoindre les équipes terrain de l’ARS sur leur temps de travail ; il a bousculé son programme de travail pour documenter la situation inédite qui se mettait en place, tout en veillant à réaliser la majeure partie de ses engagements de l’année.

Observateur attentif des dynamiques à l’œuvre sur le territoire, L’Institut a été parmi les premiers pourvoyeurs de connaissances sur les modifications des comportements et des aspirations des Franciliens, grâce à une enquête dont les résultats furent publiés en juin ; il a porté son aide à la Région dans l’élaboration du plan RER V ; il a été le seul à publier les courbes d’évolution des déplacements par mode en Île-de-France ; il a, à travers l’ORS appuyé par ses autres équipes, mis en lumière les inégalités devant la pandémie, exploré la notion de travailleurs essentiels, et publié une série d’articles, « Les chroniques des confins », qui ont tenté de saisir les multiples impacts à moyen et long termes de la crise sanitaire.

Le présent rapport d’activités porte l’empreinte de cette situation inédite, même s’il montre que les autres travaux de l’Institut, prévus à son programme de l’année, ont été très largement réalisés et leurs échéances respectées. Pour exemple, les six ateliers ZAN (zéro artificialisation nette), contraints de passer du mode conférence au mode visio, ont su rassembler chaque fois près de 300 participants, pour faire vivre cet objectif majeur : la transformation écologique de l’Île-de-France.

Logos