Vers la sobriété en Île-de-France : l'exigence de faire autrement

Atelier #5   Sommaire

28 mai 2020

L’Île-de-France accueille 20 % de la population française sur 2 % du territoire métropolitain. Dans ce contexte de densification accrue, l’Île-de-France apparaît comme la région où l’objectif « zéro artificialisation nette » est le plus exigeant. Densifier encore plus est-il souhaitable ? Alors que de nombreux scientifiques invitent à sortir du « toujours plus », nos modes de production et de consommation en Île-de-France sont-ils compatibles avec les capacités du territoire ? Ce séminaire sera l’occasion de nous interroger sur l’exigence de ralentir, non seulement en faveur d’une plus grande sobriété foncière, mais également d’une sobriété matérielle, énergétique, des ressources, des déchets dans une région dont les impacts s’étendent bien au-delà des frontières administratives. Comment envisager un modèle de développement plus sobre et respectueux des limites offertes par les écosystèmes, tout en contribuant au rayonnement des territoires, à leur compétitivité, et au mieux-être des habitants ?

L'atelier #5 en replay

Introduction :

  • Philippe Bihouix : ingénieur centralien, DGA de AREP

Intervenants :

  • Sabines Barles : professeure et chercheuse, UMR Géographie-Cités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • François Bertrand : DGA et directeur du pôle stratégie et ressources à l'EPFIF
  • Cécile Diguet : urbaniste, directrice du département urbanisme, aménagement et territoires à L'Institut Paris Region
  • Dominique Gauzin-Muller : architecte, Mouvement pour une frugalité heureuse et créative
  • Emmanuel Le Roch : économiste, délégué général de Procos
  • Nadine Levratto : professeure, directrice d'EconomiX et directrice de recherche au CNRS

Atelier animé par Frédéric Denhez, journaliste spécialiste de l'environnement.

Bibliographie de l'atelier #5

Cette bibliographie vous est proposée par la médiathèque Françoise Choay ainsi que par l’équipe d’experts ZAN. Elle regroupe des références clés afin d’appréhender les questions du cinquième Atelier ZAN. Ce séminaire est l’occasion de nous interroger sur l’exigence de ralentir, pour une plus grande sobriété foncière, mais aussi matérielle dans une région dont les impacts s’étendent bien au-delà des frontières administratives. Comment envisager un modèle de développement plus sobre et respectueux des limites offertes par les écosystèmes, tout en contribuant au rayonnement
des territoires et au mieux-être des habitants ?